Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Accueil »

Alimentation durable 101

Le concept de l'alimentation durable existe depuis un bon moment déjà, mais de quoi s’agit-il exactement? Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les régimes alimentaires durables1 :

  • Ont de faibles conséquences sur l’environnement;
  • Contribuent à protéger la biodiversité et les écosystèmes;
  • Sont culturellement acceptables;
  • Sont économiquement équitables et abordables;
  • Sont accessibles;
  • Sont adéquat sur le plan nutritionnel;
  • Sont sains;
  • Sont sécuritaires.

Si l’on se fie à la définition de la FAO, il est évident que l’environnement n’est qu’un des nombreux facteurs dont on doit tenir compte. Par ailleurs, la plupart des études mesurent l’impact environnemental de l’alimentation en ayant uniquement recours aux émissions de gaz à effet de serre comme marqueur du changement climatique. Or, d’autres facteurs doivent être pris en considération : l’utilisation du sol, l’empreinte hydrique, l’énergie et l’utilisation de combustibles fossiles. 

En fait, dans une revue systématique publiée en 2015, on a conclu qu'une « évaluation beaucoup plus approfondie des impacts environnementaux, sociaux et économiques des aliments et des régimes alimentaires est nécessaire2 ».

Quelles répercussions les systèmes alimentaires ont-ils sur l’environnement?

Les systèmes alimentaires, comprenant l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, de la ferme à l’assiette du consommateur, sont responsables :

  • D’environ 30 % de la consommation énergétique mondiale;
  • D’un peu plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre totales3.

Plusieurs études indiquent que le fait d’accroître sa consommation de fruits et de légumes, tout en réduisant sa consommation d’aliments d’origine animale, présente des avantages du point de vue de l’environnement4,5. Cependant, de plus en plus de données suggèrent qu’une alimentation riche en fruits et en légumes et pauvre en viande pourrait ne pas avoir un plus faible impact sur l’environnement,puisqu'une quantité supérieure de substituts végétaux doit être consommée pour remplacer les protéines d’origine animale et les calories3,6. En outre, les fruits et les légumes cultivés en serre génèrent plus d’émissions de gaz à effet de serre que les aliments d’origine animale7

Une alimentation bonne pour l’environnement doit également être saine

Si l’environnement est un aspect important d'une alimentation durable, cette dernière doit également être adéquate sur le plan nutritionnel. En effet, une alimentation écologique n'est pas nécessairement bénéfique pour la santé et vice-versa. Par exemple, même si l’on suggère que le fait de consommer moins d’aliments d’origine animale serait bénéfique pour l’environnement, il pourrait s’avérer difficile de satisfaire ses besoins nutritionnels en consommant des aliments strictement d’origine végétale3.

Pour plus d’information, consultez l’article « Une alimentation végétarienne est-elle nécessairement plus durable? ».

La surconsommation et le gaspillage alimentaire

Lorsqu’il est question de durabilité, la surconsommation et le gaspillage alimentaires doivent aussi être pris en considération.

  • Trop manger a des effets néfastes sur l’environnement et la santé. La surconsommation crée une demande de production alimentaire supérieure, ce qui entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre8;
  • On estime que le gaspillage alimentaire, à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement en aliments, représente de 10 à 40 % de la production5. De plus, dans les pays développés, le gaspillage alimentaire à l’échelle du détail et des consommateurs est un enjeu qui doit être abordé9.

Références

  1. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Sustainable diets and biodiversity: directions and solutions for policy, research and action. Rome, Italie : FAO et Bioversity International. 2012.
  2. Auestad N et Fulgoni VL III. What current literature tells us about sustainable diets: emerging research linking dietary patterns, environmental sustainability, and economics. Adv Nutr 2015;6:19-36.
  3. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. 2011. Energy-smart food for people and climate. Rome, Italie. 2011.
  4. Reynolds CJ et coll. Are the dietary guidelines for meat, fat, fruit and vegetable consumption appropriate for environmental sustainability? A review of the literature. Nutrients 2014;6:2251-2265.
  5. Hallström E et coll. Environmental impact of dietary change: a systematic review. J Clean Prod 2015;91:1-11.
  6. Vieux F et coll. Greenhouse gas emissions of self-selected individual diets in France: changing the diet structure or consuming less? Ecol Econ 2012;75:91-101.
  7. Clonan A et Holdsworth M. The challenges of eating a healthy and sustainable diet. Am J Clin Nutr 2012;96:459-460.
  8. Macdiarmid JI. Is a healthy diet an environmentally sustainable diet? Proc Nutr Soc 2013;72:13-20.
  9. Reisch L et coll. Sustainable food consumption: an overview of contemporary issues and policies. SSPP 2013;9:7-25.


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous