Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « La perspective des experts »

La diète alcaline, l’hypothèse du résidu acide et la santé osseuse

Tanis R. Fenton Tanis R. Fenton, Ph. D., RD

Diététiste/épidémiologiste, Professeure adjointe auxiliaire, Département des sciences de la santé communautaire, Université de Calgary

Un grand nombre de pages Web, de livres grand public et de praticiens de médecines douces véhiculent l’idée selon laquelle une alimentation riche en protéines (particulièrement les viandes et les produits laitiers) et en céréales entraîne une production excessive d’acide, tel que les phosphates, qui doit être neutralisée. Ils affirment que cet effet de neutralisation mobilise les minéraux des os et par conséquent accroît l’excrétion urinaire de calcium, ainsi que la perte de masse osseuse, ce qui pourrait mener à l’ostéoporose. Toutefois, à la lumière des données scientifiques, il en serait autrement.

Faits saillants

  • La promotion d’une diète alcaline comme moyen de prévenir l’ostéoporose n’est pas justifiée.
  • Les études sur l’équilibre calcique n’ont pas démontré qu’une augmentation de la charge alimentaire acide favorise la perte en minéraux osseux du squelette ou l’ostéoporose.
  • Des apports plus élevés en phosphates sont associés à un équilibre calcique accru.
  • Les protéines semblent être bénéfiques à la santé des os.

Mieux connue sous le nom de « diète alcaline », l’hypothèse du résidu acide a fait l’objet d’un nombre limité de revues critiques. Cette hypothèse suppose qu’un excès de calcium urinaire équivaut à la perte en calcium par le squelette. Mais l’excrétion urinaire du calcium ne représente qu’une mesure de substitution, car des différences dans l’absorption du calcium peuvent contrebalancer son excrétion.

L’équilibre calcique constitue en effet une méthode plus fiable pour mesurer l’état nutritionnel en calcium comparativement au calcium urinaire, car il évalue les effets d’une intervention sur la rétention du calcium par l’ensemble du corps, en plus de tenir compte des modifications de l’absorption du calcium.

L’objectif de notre méta-analyse était d’évaluer les effets des changements de l’excrétion nette d’acide provenant des modifications de l’alimentation ou de la prise de suppléments « alcalins », à la fois sur le calcium urinaire et sur l’équilibre calcique, à partir d’études sur le métabolisme du calcium utilisant une méthodologie supérieure1. Cinq des 16 études respectaient les critères de sélection. Ces études comportaient des variations de la quantité ou du type de protéines et avaient pour objectif d’évaluer l’équilibre calcique. Voici ce que nous avons observé1 :

  • Il existait une relation linéaire significative entre une augmentation de l’excrétion nette d’acide et le calcium urinaire (p < 0,0001), mais aucun changement dans l’équilibre calcique (p = 0,38; puissance = 94 %);
  • Il n’existait aucune relation entre l’excrétion nette d’acide et les télopeptides N-terminal (p = 0,95), un marqueur du métabolisme osseux.

Ces résultats ont été corroborés par l’étude populationnelle Canadian Multicentre Osteoporosis Study (CaMOS), dans laquelle nous avons utilisé des régressions multiples afin d’examiner les associations entre l’excrétion d’acide (pH urinaire et excrétion d’acide par l’urine) et les indicateurs d’ostéoporose2. Il n’existait aucune association entre le pH urinaire ou l’excrétion d’acide et soit l’incidence de fractures (6804 personnes années), soit les changements de densité de la masse osseuse (plus de 5 ans), après ajustement pour les facteurs confondants2. Nous avons conclu que le pH urinaire et l’excrétion d’acide par l’urine ne permettent pas de prédire le risque d’ostéoporose2.

De plus, dans une autre méta-analyse, nous avons constaté que des apports plus élevés en phosphates étaient associés à une diminution du calcium urinaire et à une augmentation de l’équilibre calcique3. De même, il existe un nombre croissant de données qui indiquent que les protéines sont importantes pour la santé des os4.

Références

  1. Fenton TR et coll. Meta-analysis of the effect of the acid-ash hypothesis of osteoporosis on calcium balance. J Bone Miner Res 2009;24:1835-1840.
  2. Fenton TR et coll. Low urine pH and acid excretion do not predict bone fractures or the loss of bone mineral density: a prospective cohort study. BMC Musculoskeletal Disorders 2010;11:88.
  3. Fenton TR et coll. Phosphate decreases urine calcium and increases calcium balance: a meta-analysis of the osteoporosis acid-ash diet hypothesis. Nutrition J 2009;8:41 doi: 10.1186/1475-2891-8-41.
  4. Heaney RP, Layman DK. Amount and type of protein influences bone health. Am J Clin Nutr 2008;87(suppl):1567S-1570S.

Mots-clés : phosphates , équilibre calcique , santé osseuse , protéines , calcium urinaire , ostéoporose , Diète alcaline


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous