Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « La perspective des experts »

Les sous-classes de LDL et le risque de maladies cardiovasculaires

Ronald M. Krauss, MD

Directeur, recherche sur l’athérosclérose, Children’s Hospital Oakland Research Institute ; scientifique principal invité, Département des sciences génomiques, Lawrence Berkeley National Laboratory ; professeur auxiliaire, Département des sciences nutritionnelles, Université de la Californie à Berkeley

La dyslipidémie athérogène observée chez les patients atteints du syndrome métabolique se caractérise par des concentrations plasmatiques de triglycérides élevées, un taux réduit de cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL) et une augmentation d’une sous-classe de petites particules denses de LDL, appauvries en cholestérol. La réduction des concentrations de petites particules denses de LDL pourrait contrer le risque de maladie cardiovasculaire.

Environ un homme sur trois et une femme postménopausée sur cinq présentent le profil lipoprotéique du phénotype B, caractérisé par une prédominance de petites particules denses de LDL, ce qui est associé à un risque de maladie cardiovasculaire de deux à trois fois plus élevé. Une alimentation faible en lipides et riche en glucides peut provoquer l’expression du phénotype B chez de nombreuses personnes tout de même en bonne santé.

L'étude

Récemment, nous avons évalué les effets qu’entraîne une réduction modérée des glucides alimentaires (54 % vs 39 % vs 26 % des calories) sur ce profil lipoprotéique, tant avant qu’après la perte de poids (~7 %), chez 178 hommes présentant un excès de poids ou obèses, mais néanmoins en bonne santé. De plus, nous avons comparé les effets d’un apport faible (9 % des calories) et d’un apport élevé (15 %) en graisses saturées parallèlement à une diète contenant 26 % de glucides.

Graph

L’effet des glucides

La diète faible en graisses saturées contenant 26 % de glucides, comparée à celle en contenant 54 %, a réduit les mesures de lipides athérogènes, y compris les triglycérides, les petites particules denses de LDL et le ratio cholestérol total/cholestérol LDL et a augmenté la taille des particules de LDL. En ce qui concerne les lipoprotéines, les changements produits par les diètes à faible et à haute teneur en graisses saturées contenant 26 % de glucides étaient semblables. Bien que le taux de cholestérol LDL ait diminué davantage sous la diète faible en graisses saturées, il n’y avait en revanche aucune différence dans les réductions de petites particules denses de LDL.

La réduction la moins marquée du cholestérol LDL observée avec la diète riche en graisses saturées s’expliquait par une compensation plus importante en particules LDL de plus grandes tailles et enrichies en cholestérol.

L’effet de la perte de poids

À la suite d’une perte de poids consécutive à la diète et de la stabilisation du poids, toutes ces variables ont présenté des changements significativement plus importants, et les diminutions du cholestérol LDL étaient significativement plus marquées chez les hommes qui ont continué à suivre la diète contenant 54 % de glucides que chez les hommes soumis à la diète contenant 26 % de glucides.

Conclusion

Il est possible d’obtenir des améliorations similaires de la dyslipidémie athérogène soit par la réduction de l’apport en glucides en l’absence de perte de poids, soit par une perte de poids lorsque l’alimentation est plus riche en glucides.

Fait saillants

  • Il n’existe pas d’effet significatif des graisses saturées sur les concentrations des petites particules denses de LDL.
  • Un apport réduit en glucides entraîne une diminution des concentrations de petites particules denses de LDL et des améliorations des autres caractéristiques de la dyslipidémie athérogène.
  • Les études montrent de façon constante que l’apport en glucides (particulièrement la charge glycémique) est plus fortement associé au risque cardiovasculaire que l’apport en graisses saturées.

Références

  1. Krauss RM. 2001. Dietary and genetic effects on low-density lipoprotein heterogeneity. Annu Rev Nutr 21:238-295.
  2. Krauss RM, Blanche PJ, Rawlings RS, Fernstrom HS, Williams PT. 2006. Separate effects of reduced carbohydrate intake and weight loss on atherogenic dyslipidemia. Am J Clin Nutr 83:1025-1031.

Mots-clés : syndrome métabolique , perte de poids


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous