Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Maladies cardiovasculaires »

Les accidents vasculaires cérébraux

Des méta-analyses d’études de cohorte prospectives, y compris d’études populationnelles à grande échelle, indiquent que la consommation de produits laitiers pourrait jouer un rôle bénéfique dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux.

Faits saillants

  • Les produits laitiers, y compris ceux dont la teneur en matières grasses est plus élevée, n’augmentent pas le risque d'accident vasculaire cérébral, mais pourraient plutôt réduire le risque;
  • Le fromage, en particulier, semble diminuer le risque d'accident vasculaire cérébral;
  • Le calcium provenant des produits laitiers a été associé à une réduction significative de 31 % du risque d'accident vasculaire cérébral.

Sommaire

De nombreuses études ont examiné le rôle des produits laitiers dans les maladies cardiovasculaires. De plus, plusieurs méta-analyses ayant pour objectif d’évaluer spécifiquement les accidents vasculaires cérébraux ont été publiées.

Les données actuelles suggèrent que les produits laitiers, peu importe leur teneur en matières grasses, ne sont pas associés à un risque accru d’accident vasculaire cérébral, mais pourraient plutôt contribuer à réduire ce risque.

Les données scientifiques

Dans leur méta-analyse de 2016 regroupant 31 études de cohorte prospectives et visant à examiner l’association entre la consommation de produits laitiers et les maladies cardiovasculaires, Alexander et coll. ont observé ce qui suit en matière de risque d'accident vasculaire cérébral1 :

  • La consommation de produits laitiers, y compris ceux à pleine teneur en gras et ceux à teneur réduite en gras, était associée à une réduction du risque d'accident vasculaire cérébral;
  • La consommation de fromage était associée à une réduction de 13 % du risque d’accident vasculaire cérébral;
  • Une forte relation inverse a été observée entre le calcium laitier et le risque d'accident vasculaire cérébral, avec une réduction du risque de 31 %.

Les résultats d'une autre méta-analyse d’études de cohorte prospectives par Qin et coll. indiquent également qu’il existe une association inverse entre la consommation de produits laitiers et le risque d'accident vasculaire cérébral. De plus2 :

  • La consommation de fromage était associée à une diminution de 9 % du risque d’accident vasculaire cérébral;
  • Il a également été démontré que les produits laitiers à teneur réduite en gras étaient inversement associés au risque d'accident vasculaire cérébral;
  • Les produits laitiers à pleine teneur en matières grasses, le yogourt et le beurre n'étaient pas associés au risque d'accident vasculaire cérébral.

Hu et coll. ont mené une méta-analyse sur l’association entre la consommation de produits laitiers et le risque d’accident vasculaire cérébral. Quinze études de cohorte prospectives regroupant 764 635 participants ont été incluses3.

  • La consommation de produits laitiers totaux, de produits laitiers à faible teneur en gras, de lait fermenté et de fromage était associée significativement à un risque réduit d'accident vasculaire cérébral;
  • Une relation dose-effet non linéaire a été observée avec le lait; le risque le plus faible ayant été observé avec une consommation de 200 ml/jour;
  • Aucune association n'a été observée entre les produits laitiers à pleine teneur en matières grasses, le lait non fermenté, le beurre et la crème et le risque d'accident vasculaire cérébral.

Dans la Rotterdam Study, une étude de cohorte populationnelle prospective regroupant 4 235 participants néerlandais âgés de 55 ans et plus, les auteurs ont examiné l’association entre les produits laitiers et les maladies cardiovasculaires sur une période de 17 ans4.

  • Les produits laitiers à pleine teneur en matières grasses n’étaient pas associés au risque d’incidence d’accident vasculaire cérébral. Toutefois, chaque portion de 100 g/jour était associée à une réduction de 12 % du risque d’accident vasculaire cérébral mortel;
  • Les produits laitiers totaux et les autres sous-groupes, par exemple le lait à faible teneur en matières grasses, le yogourt et le fromage, n’étaient pas associés à un risque d'incidence d’accident vasculaire cérébral et d’accident vasculaire cérébral mortel.

Les mécanismes potentiels

Les mécanismes responsables d'une association inverse entre la consommation de produits laitiers et les accidents vasculaires cérébraux restent à confirmer. Cependant, des données indiquent que les produits laitiers sont associés à un risque réduit de maladies cardiovasculaires et d’autres facteurs de risque cardiovasculaire, y compris l’hypertension, l’obésité et le diabète de type 2.

Des composantes du lait, comme la vitamine D, le calcium, le potassium, le magnésium, le phosphore, les peptides bioactifs et les acides gras laitiers pourraient jouer un rôle dans l'amélioration du profil cardiométabolique, notamment en5 :

  • Réduisant la tension artérielle;
  • Améliorant le profil de lipides sanguins;
  • Augmentant la sensibilité à l’insuline.

Conclusions

Il existe des données de qualité qui indiquent que la consommation de produits laitiers pourrait réduire le risque d'accident vasculaire cérébral. Des études randomisées et des études mécanistes sont nécessaires afin que l'on puisse obtenir des réponses plus concluantes.

D’autres études sur le rôle de produits laitiers particuliers, y compris ceux à teneur plus élevée en matières grasses, sont requises.

Mots-clés : accident vasculaire cérébral , maladie cardiovasculaire


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous