Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Poids santé »

Mécanismes potentiels des effets des produits laitiers sur le poids santé

Plusieurs études, dont des études sur les animaux et des essais cliniques chez les humains, ont examiné les mécanismes d’action du lait et des produits laitiers sur l'amélioration du métabolisme de l'énergie et l'adiposité.

Les données qui soutiennent l'effet bénéfique de ces mécanismes proviennent d'un large éventail d'études, y compris des études randomisées menées chez les humains, des études in vitro sur des adipocytes humains et des modèles animaux.

Bien que les mécanismes potentiels grâce auxquels les produits laitiers pourraient avoir une influence favorable sur le poids et la composition corporelle doivent encore être élucidés, diverses composantes ont déjà été identifiées, entre autres :

Le calcium alimentaire

Le calcium alimentaire pourrait influencer la composition corporelle par divers mécanismes1,2 :

  • L'absorption des acides gras : Le calcium alimentaire se fixe aux acides gras dans le tractus gastro-intestinal afin de former des savons insolubles. En se fixant aux sels biliaires, le calcium affaiblit également la formation de micelles. Par conséquent, l'excrétion du gras augmente et son absorption diminue.
  • Le métabolisme lipidique des adipocytes : Un apport élevé en calcium supprime les niveaux d'hormones calciotropes (hormone parathyroïdienne et 1,25-dihydroxyvitamine D) et l'influx de calcium intracellulaire. Un taux réduit de calcium intracellulaire dans les adipocytes inhibe la lipogenèse et stimule la lipolyse, entraînant ainsi une réduction du stockage du gras.
  • L'oxydation du gras : Le calcium alimentaire pourrait médier l'oxydation du gras dans l'organisme et promouvoir la dépense énergétique.
  • Le métabolisme du gras postprandial : Dans une étude randomisée, il a été démontré qu'un apport élevé en calcium provenant de produits laitiers, et non pas de suppléments de calcium, diminuait la lipidémie postprandiale (c.-à-d. les taux de lipides plasmatiques).
  • Le contrôle de l'appétit : Des données suggèrent que l'apport en calcium et la consommation de produits laitiers pourraient favoriser une diminution de l'apport calorique et faciliter le contrôle de l'appétit.

La vitamine D

Une étude randomisée a démontré que, de pair avec l'apport en calcium, un état nutritionnel adéquat en vitamine D pourrait améliorer l'oxydation du gras et l'effet thermique des repas durant la perte de poids3.

Les protéines laitières et les peptides bioactifs

Le lait est une excellente source de protéines, qui entraînent la satiété en stimulant la sécrétion d'hormones gastro-intestinales et en augmentant la thermogenèse induite par l'alimentation. Des données suggèrent que le lactosérum serait plus rassasiant à court terme, alors que la caséine serait plus rassasiante à long terme4.

Les peptides bioactifs pourraient jouer divers rôles dans la régularisation du poids corporel1,4 :

  • Les peptides bioactifs entraîne une inhibition de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ce qui supprime la production de l'hormone angiotensine II. Ce processus réduit l'expression de la synthase des acides gras et la lipogenèse des adipocytes.
  • Les peptides bioactifs stimulent aussi l'insulinosécrétion supprime ainsi l'appétit. Ce phénomène pourrait avoir un impact direct sur l'apport alimentaire, affectant ainsi indirectement le poids corporel.
  • Les protéines laitières contiennent une proportion élevée (de 21 à 26 %) de leucine, d'isoleucine et de valine, des acides aminés à chaîne ramifiée. Ceux-ci jouent un rôle unique en favorisant la synthèse protéique et en conservant la masse maigre pendant la perte de poids.

Les acides linoléiques conjugués

Des études menées sur des rongeurs ont démontré de façon constante que les acides linoléiques conjugués peuvent avoir un impact sur la masse adipeuse corporelle. Cependant, les résultats d'études chez les humains ne sont pas concluants1,5.

Les acides gras à chaîne moyenne

Le lait et les produits laitiers sont une source d'acides gras à chaîne moyenne, tels que l'acide capronique, l'acide caprylique et l'acide caprique. Des études sur les animaux indiquent qu'un apport accru en acides gras à chaîne moyenne diminue la lipogenèse. Par ailleurs, des essais chez les humains ont également révélé que les diètes riches en acides gras à chaîne moyenne réduisent le gras corporel1.

Le lactose

Le lactose est un sucre du lait dont l'indice glycémique est faible et qui pourrait contribuer à réduire l'apport calorique et à apaiser la faim excessive1,6.

Le lait, en tant qu'aliment, a également un faible indice glycémique. Il a été démontré que les aliments à faible indice glycémique augmentent la satiété et réduisent l'apport en calories grâce à des mécanismes qui entraînent des changements à la concentration glycémique et à la réponse insulinique7.

Mots-clés : poids santé


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous