Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Rôles dans certains problèmes de santé »

Y a-t-il un lien entre l'acné et les produits laitiers? Résumé des données scientifiques

La relation entre l'alimentation et l'acné est très controversée. Historiquement, l'acné a été attribuée à l'alimentation de manière empirique par les gens qui souffrent de ce trouble. Or, bien qu'il ait été suggéré que le lait serait l'une des composantes de l'alimentation qui pourraient être liées à l'acné, il n'existe à ce jour aucune donnée concluante indiquant que le lait et les produits laitiers sont impliqués dans l'étiologie de l'acné.

Faits saillants

  • Les données scientifiques sont insuffisantes pour établir un lien de cause à effet entre la consommation de lait et de produits laitiers et l'acné.
  • Il a été démontré que la lactoferrine, une protéine du lactosérum, réduit significativement le nombre de lésions d'acné inflammatoires et le degré d'acné.
  • Une alimentation dont la charge glycémique est faible semble jouer un rôle favorable dans la pathogenèse de l'acné.
  • Plus de recherches sont nécessaires afin d'établir le rôle que jouent l'alimentation et certains aliments dans l'acné.

Contexte

L'acné est une maladie chronique inflammatoire des follicules pileux de la peau associés à une glande sébacée. Il s'agit du problème de la peau le plus prévalent. En fait, l'acné est particulièrement courante chez les adolescents, touchant jusqu'à 98 % des personnes de ce groupe d'âge1.

Le rôle de l'alimentation dans la gestion et la prévention de l'acné est controversé depuis un siècle. En effet, les mythes entourant l'alimentation persistent depuis de nombreuses années, et il a été suggéré que certains aliments, entre autres les aliments riches en glucides et en matières grasses, les sucreries, les chocolats, et le lait et les produits laitiers, exacerbent l'acné2.

Toutefois, à ce jour, les données scientifiques fiables sont insuffisantes pour indiquer que le lait et les produits laitiers ont un rôle à jouer dans l'acné.

Les données scientifiques

Avant les années 1960, le traitement standard de l'acné consistait à imposer diverses restrictions alimentaires, par exemple à limiter les aliments riches en glucides et en matières grasses. Une étude de séries de cas publiée en 1949 et regroupant 1 925 participants qui devaient rédiger un journal alimentaire de manière rigoureuse a révélé que le lait était un aliment couramment impliqué dans l'inflammation de l'acné3. Toutefois, ces données sont très peu fiables puisqu'aucun résumé des statistiques et aucune analyse statistique n'ont été rapportés. De plus, le rapport était empirique et descriptif, et basé sur l'expérience de l’auteur4.

Deux études publiées vers les années 1970 indiquaient qu'il n'y avait aucune association entre l'alimentation et l'acné5,6. Toutefois, ces études ont reçu les mêmes critiques en raison d'importantes limites méthodologiques. L'une des études, une étude de séries de cas, a examiné la relation entre le lait et l'acné et a démontré que la consommation quotidienne de lait ne produisait pas d'inflammation de l'acné6.

Puisqu'aucune donnée concluante n'a permis d'établir que l'alimentation a des effets réels sur l'acné, la communauté de la dermatologie est parvenue à un consensus selon lequel l'alimentation n'est pas liée à l'étiologie ou à la progression de l'acné.

Néanmoins, des études récentes ont réexaminé le lien entre l’alimentation et l’acné. Les études ont également évalué l’effet de la consommation de lait et de produits laitiers.

En 2005, Adebamowo et coll. ont publié une analyse rétrospective des données de la Nurses' Health Study II (NHS II). Cette analyse évaluait si la consommation de produits laitiers pendant les études secondaires était associée à un diagnostic d'acné à l'adolescence. L'étude regroupait 47 355 femmes à qui on a demandé de remplir un questionnaire de fréquence alimentaire sur leur alimentation au secondaire7.

  • Il y avait une association positive entre l'acné et la consommation de lait, particulièrement de lait écrémé;
  • On a aussi observé des associations positives entre l'acné et les boissons instantanées pour le petit-déjeuner, le sorbet et le fromage Cottage; celles-ci étaient attribuées au contenu en lait de ces aliments.

En 2006, les mêmes chercheurs ont étudié l'association entre la consommation de lait et la présence d'acné chez 6 094 filles qui avaient de 9 à 15 ans au début de l’étude et qui ont été suivies de manière prospective pendant jusqu'à 3 ans8.

  • Il a été démontré que la prévalence de l'acné était associée positivement à la consommation de lait total, entier, à faible teneur en matières grasses et écrémé;
  • Comme dans l'étude précédente, il n'y avait aucune association entre le gras laitier et l'acné.

Dans une étude similaire publiée en 2008 (également menée par Adebamowo et coll.), une cohorte prospective a été utilisée pour explorer l'association entre la consommation de produits laitiers et l'acné chez 4 273 adolescents de sexe masculin9.

  • Il y avait une association positive entre le lait écrémé et l'acné;
  • Il n'y avait aucune association significative entre l'acné et la consommation de lait total, entier et à faible teneur en matières grasses;
  • Il n'y avait aucune association entre la consommation de lait total ou de gras laitier et l'acné.

Dans l’ensemble toutefois, les trois études menées par Adebamowo et coll. présentaient d'importantes limites4 :

  • Plutôt que d'être mesurée de façon objective, la présence d'acné était rapportée par les participants et non validée;
  • Les études étaient de type observationnel et non pas randomisées;
  • Les associations étaient faibles selon les normes épidémiologiques, rendant discutable la signification clinique des résultats.

De plus, la première étude de 2005 comportait des inconvénients majeurs4 :

  • Les variables confondantes n'étaient pas contrôlées;
  • Le plan de l'étude était de type rétrospectif; ainsi, il est fort probable que les rappels alimentaires aient été imprécis puisque relatifs à un lointain passé.

Depuis la publication de ces études, d'autres études ont démontré une association qui ne peut être écartée entre l'alimentation et l'acné.

Une étude récente publiée en 2010 a examiné l'effet de la lactoferrine sur l'acné. Dans cette étude ouverte, randomisée avec placebo et à double insu menée sur une période de 12 semaines, 56 patients âgés de 18 à 30 ans ont été assignés de manière aléatoire à deux groupes : une portion quotidienne de lait fermenté probiotique enrichi de 200 mg de lactoferrine ou une portion quotidienne de lait fermenté probiotique seulement10.

  • Le groupe lactoferrine présentait une amélioration significative du nombre de lésions inflammatoires de l'acné (- 38,6 %), du nombre total de lésions (- 23,1 %) et du degré d'acné (- 20,3 %), comparativement au groupe placebo;
  • Dans le groupe lactoferrine, la quantité de sébum était réduite de 31,1 %, comparativement au groupe placebo;
  • La quantité totale de lipides à la surface de la peau a diminué dans les deux groupes et était significativement corrélée avec une réduction de la quantité de sébum;
  • La réduction des triacylglycérols était significativement corrélée avec la réduction de la quantité de sébum, du nombre de lésions d'acné et du degré d'acné;
  • Les auteurs ont conclu que le lait fermenté enrichi de lactoferrine améliore l'acné par une diminution sélective des triacylglycérols dans les lipides à la surface de la peau.

En 2007, Smith et coll. ont examiné les effets d'une diète à faible charge glycémique sur le nombre de lésions d'acné. Dans une évaluation dermatologique de 12 semaines à groupes parallèles et à l'aveugle pour les chercheurs, 43 jeunes hommes en santé âgés de 15 à 25 ans ont été assignés à un traitement expérimental, consistant en une diète à faible charge glycémique, ou à une diète témoin, axée sur des aliments riches en glucides11.

  • Le nombre total de lésions a diminué de façon plus importante dans le groupe à faible charge glycémique (- 23,5 %) que dans le groupe témoin (- 12 %);
  • La diète à faible charge glycémique a également produit une amélioration plus marquée de la sensibilité à l'insuline, de l'Indice de masse corporelle (IMC) et de la perte de poids.

Dans le cadre de l'étude précédente, Smith et coll. avaient également pour objectif de déterminer l'effet d'une diète à faible charge glycémique sur l'acné et la composition en acides gras des triglycérides à la surface de la peau chez 31 patients masculins souffrant d'acné12.

  • Comparativement à la diète témoin, la diète à faible charge glycémique a produit une augmentation des acides gras saturés par rapport aux acides gras monoinsaturés, et cette augmentation permettait de prédire une amélioration clinique de l'acné.

Contrairement à ce qui a été démontré par le passé, ces résultats suggèrent que la pathogénèse de l'acné pourrait être influencée par des facteurs liés aux choix alimentaires, particulièrement à une alimentation à faible charge glycémique, qui pourrait avoir un impact bénéfique sur l'acné.

En outre, une récente étude populationnelle publiée en 2012 a examiné s'il y avait une association entre l'IMC et l'acné chez 3 600 adolescents norvégiens âgés de 18 et 19 ans13.

  • Les filles présentant un excès de poids ou obèses avaient deux fois plus de risque de souffrir d'acné que leurs pairs plus minces;
  • Chez les garçons, aucune association n'a été observée entre l'acné et la surcharge pondérale.

D'autres études ont également indiqué un lien entre l'alimentation et l'acné, ainsi que la possibilité que la consommation de certaines composantes alimentaires telles que les acides gras oméga-3 et les antioxydants puisse offrir des bienfaits4.

Les mécanismes potentiels

Les hormones et l'IGF-1 (facteur de croissance semblable à l'insuline-1)

On a émis l'hypothèse selon laquelle l'association trouvée entre le lait et l'acné pourrait être due à la présence d'hormones dans le lait et à l'impact sur l'IGF-1. L'IGF-1 est une hormone importante pour la croissance et le développement. Un apport plus élevé en calories, en protéines et en lait a été associé à des taux plasmatiques plus élevés d'IGF-1, et il a également été démontré que la réduction de l'apport total en protéines pourrait diminuer les niveaux circulant d'IGF-114,15.

Cependant, si les hormones dans le lait étaient en cause, alors une association positive aurait dû être observée avec les produits laitiers à teneur plus élevée en matières grasses, et non seulement avec le lait écrémé, particulièrement puisque les hormones sont liposolubles. En outre, aucune association n'a été observée entre le gras laitier et l'acné7-9.

La lactoferrine

La lactoferrine est une protéine de lactosérum caractérisée par des activités anti-inflammatoires et antibactériennes. Comme il s'agit d'une protéine qui fixe le fer, elle séquestre le fer essentiel à la croissance de la membrane bactérienne. De plus, elle peut accroître la perméabilité de la membrane bactérienne, au bénéfice de l'activité bactéricide. Par ailleurs, elle module le système immunitaire en inhibant la production de cytokine pro-inflammatoire, ce qui serait bénéfique contre l'acné, qui est un trouble inflammatoire. Il a en outre été démontré que la lactoferrine peut réduire de manière sélective les triacylglycérols dans les lipides à la surface de la peau ainsi que la teneur en sébum10.

Les diètes à faible charge glycémique

Il a été démontré qu'une diète dont la charge glycémique est faible peut améliorer l'acné en diminuant les niveaux d'IGF-1, d'insuline sérique, ainsi que la glycémie et les réponses à l'insuline. En retour, cela pourrait modifier les voies de l'androgène et du glycogène afin de contrer l'augmentation de la production de sébum, une condition obligatoire du développement de l'acné. Une augmentation du rapport 16:0/16:1∆6+∆9 a également été observée avec une diète dont la charge glycémique est faible, suggérant que de telles diètes entraîneraient une diminution de la désaturation enzymatique de 16:0. Par conséquent, le rôle de l'enzyme désaturase dans la lipogenèse sébacée a été proposé comme mécanisme potentiel pour expliquer la diminution de la production de sébum observée avec une diète à faible charge glycémique11,12.

Conclusions

Les données disponibles à ce jour n’appuient pas l’idée selon laquelle le lait et les produits laitiers jouent un rôle néfaste dans l'étiologie de l'acné.

D'autres facteurs liés aux choix alimentaires, tels qu’une alimentation à faible charge glycémique, semblent avoir des effets bénéfiques sur l'acné.

Plus de données sont nécessaires, particulièrement des données provenant d'études randomisées et d'études mécanistes, afin de déterminer le rôle que jouent les produits laitiers à diverses teneurs en gras et certains types de produits laitiers dans l'étiologie de l'acné.

Références

  1. Chan JJ and Rohr JB. Acne vulgaris: yesterday, today and tomorrow . Australas J Dermatol 2000;41(Suppl):S69-72.
  2. Spencer EH et al. Diet and acne: a review of the evidence . Int J Dermatol 2009;48(4):339-47.
  3. Robinson HM. The acne problem . South Med J 1949;42(12):1050-60.
  4. Bowe WP et al. Diet and acne . J Am Acad Dermatol 2010;63(1):124-41.
  5. Fulton JE Jr et al. Effect of chocolate on acne vulgaris . JAMA 1969;210(11):2071-4.
  6. Anderson PC. Foods as the cause of acne . Am Fam Physician 1971;3(3):102-3.
  7. Adebamowo CA et al. High school dietary dairy intake and teenage acne . J Am Acad Dermatol 2005;52(2):207-14.
  8. Adebamowo CA et al. Milk consumption and acne in adolescent girls . Dermatol Online J 2006;12(4):1
  9. Adebamowo CA et al. Milk consumption and acne in teenaged boys . J Am Acad Dermatol 2008;58(5):787-93.
  10. Kim J et al. Dietary effect of lactoferrin-enriched fermented milk on skin surface lipid and clinical improvement of acne vulgaris . Nutrition 2010;26(9):902-9.
  11. Smith RN et al. A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial . Am J Clin Nutr 2007;86(1):107-15.
  12. Smith RN et al. The effect of a low glycemic load diet on acne vulgaris and the fatty acid composition of skin surface triglycerides . J Dermatol Sci 2008;50(1):41-52.
  13. Halvorsen JA et al. A population-based study of acne and body mass index in adolescents . Arch Dermatol 2012;148(1):131-2.
  14. Holmes MD et al. Dietary correlates of plasma insulin-like growth factor I and insulin-like growth factor binding protein 3 concentrations . Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2002;11(9):852-61.
  15. Fontana L et al. Long-term effects of calorie or protein restriction on serum IGF-1 and IGFBP-3 concentration in humans . Aging Cell 2008;7(5):681-7.

Mots-clés : protéines de lactosérum , indice glycémique , lactoferrine


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous