Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Autres éléments nutritifs »

Le lait, source excellente de vitamine B12

La déficience en vitamine B12 touche une grande proportion des personnes âgées, et sa prévalence augmente avec l’âge. Par ailleurs, les apports recommandés ne seraient pas adéquats pour atteindre et maintenir un état nutritionnel optimal en vitamine B12.

Amélie Charest, Dt.P., M. Sc.

Professionnelle de recherche à l’Université Laval

Faits saillants

  • La déficience en vitamine B12 touche de nombreuses personnes dans le monde;
  • Les végétaliens, les personnes vivant dans les pays émergents, les femmes enceintes et les personnes âgées sont plus à risque de déficience en vitamine B12;
  • Le lait est une excellente source de vitamine B12; une portion de 250 ml fournit approximativement la moitié de l’Apport quotidien recommandé pour cette vitamine;
  • Plusieurs études ont démontré que l’état nutritionnel en vitamine B12 serait fortement corrélé avec la consommation de produits laitiers, principalement de lait;
  • La vitamine B12 contenue dans les produits laitiers serait hautement biodisponible;
  • Le lait serait un aliment à privilégier pour prévenir une déficience en vitamine B12.

Sources et fonctions

La vitamine B12, ou cobalamine, est une vitamine hydrosoluble présente dans les aliments d’origine animale, notamment la viande, la volaille, le poisson, les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers. Quelques aliments sont également enrichis en vitamine B12. Par contre, à l’exception de certaines algues et du miso, très peu de végétaux en contiennent. De plus, les quantités présentes dans les végétaux sont faibles et sous une forme qui serait inactive ou très peu absorbée par l’organisme1.

Cette vitamine est essentielle pour assurer les fonctions neurologiques et pour la croissance et la division des cellules, dont les globules rouges. Conséquemment, une déficience en vitamine B12 est associée à de graves problèmes de santé2-4, entre autres les suivants :

  • déficits neurologiques et cognitifs (perte de sensibilité dans les membres, paralysie, troubles de l’humeur),
  • retard de croissance,
  • malformation congénitale, dont celle du tube neural,
  • anémie,
  • hyperhomocystéinémie, un facteur de risque de l’athérosclérose.

Déficience en vitamine B12

Une déficience en vitamine B12 survient lorsqu’il y a malabsorption de cette vitamine ou lorsque la consommation d’aliments d’origine animale est faible. Les végétariens, principalement les végétaliens, les personnes âgées, les femmes enceintes ainsi que les personnes vivant dans les pays émergents sont plus à risque de déficience en vitamine B125,6.

Au Canada, les apports en vitamine B12 de la population en général seraient largement supérieurs à ceux recommandés, soit d’environ le double de la quantité quotidienne suggérée de 2,4 µg7. Plusieurs chercheurs indiquent toutefois que l’Apport nutritionnel recommandé n’est pas adéquat pour atteindre et maintenir un état nutritionnel optimal en vitamine B12, même pour une population jeune et en santé. Un apport de 4 à 7 µg par jour serait préférable8.

Les femmes enceintes ont des besoins légèrement plus élevés que la population en général et seraient ainsi plus à risque de déficience. Une étude réalisée auprès de 1 424 femmes enceintes de Terre-Neuve-et-Labrador a démontré que 43,6 % de ces femmes présentaient une déficience en vitamine B12 ou avaient des niveaux marginaux en vitamine B129.

La déficience en vitamine B12 touche entre 5 et 20 % des personnes âgées10. La déficience est habituellement due à un problème d’absorption causé soit par une infection bactérienne de l’estomac à Helicobacter pylori ou par l’atrophie de la muqueuse gastrique. Dans les deux cas, la production d’acide diminue, ce qui perturbe le pH gastrique et conséquemment l’absorption de la vitamine B12 contenue dans les aliments11. L’absorption de la forme synthétique contenue dans les suppléments serait moins affectée par cette réduction de l’acidité gastrique11.

Lait et vitamine B12 : les données scientifiques

De nombreuses études indiquent que les apports en vitamine B12 seraient corrélés à la consommation de produits d’origine animale11,12. Par exemple, l’étude de cohorte britannique à grande échelle EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) regroupant plus de 500 000 participants a montré que les apports en vitamine B12 étaient proportionnels au nombre de portions d’aliments d’origine animale consommées, dont les produits laitiers12.

La consommation quotidienne de produits laitiers constituerait donc une bonne façon d’atteindre les apports recommandés en vitamine B12. En effet, le lait est une excellente source de cette vitamine, une portion de 250 ml fournissant 1 µg de vitamine B12, soit un peu moins de la moitié de l’Apport nutritionnel recommandé6,7. Il a été estimé que la contribution des produits laitiers à l’apport total en vitamine B12 serait d'environ 30 %13. Malheureusement, la majorité de la population canadienne, tous âges confondus, ne consomme pas le nombre de portions de produits laitiers recommandé14.

D’ailleurs, des études révèlent que chez des personnes à risque de déficience, la consommation de lait et de produits laitiers pourrait augmenter l’apport en vitamine B12 et conséquemment diminuer l’incidence d’une déficience en cette vitamine. Une étude effectuée chez des personnes âgées en santé a démontré que la consommation de 3 tasses de lait par jour durant 12 semaines avait significativement augmenté les apports en vitamine B12 au sein du groupe consommant davantage de lait, comparativement à ceux du groupe non supplémenté en lait15. Une étude réalisée auprès d’enfants provenant d’un milieu défavorisé au Kenya a permis d’observer qu’une supplémentation de 200 à 250 ml par jour de lait durant l’année scolaire augmentait la concentration sanguine de vitamine B12 et pourrait ainsi réduire la prévalence de déficience en cette vitamine16.

Plusieurs études révèlent une forte association positive entre la concentration sanguine de vitamine B12 et la consommation de lait et de produits laitiers17. Certaines études ont même démontré que parmi toutes les sources alimentaires de vitamine B12, c’est le lait qui est caractérisé par la meilleure corrélation avec des valeurs sanguines de vitamine B12 optimales13,18.

La biodisponibilité de cette vitamine varie d'un aliment à l'autre, mais généralement, un adulte en santé absorbe 50 % de la vitamine B12 contenue dans les aliments19. Celle contenue dans les œufs semblerait faiblement absorbée, soit à moins de 9 %1. Par ailleurs, celle contenue dans la viande, la volaille et le poisson serait absorbée à 42 à 61 %1, alors que celle contenue dans le lait serait plus biodisponible puisqu’environ 51 à 79 % de cette vitamine serait absorbée18,19.

De plus, Agriculture et Agroalimentaire Canada reconnaît que la vitamine B12 dans le lait de vache s’assimile mieux que celle contenue dans les suppléments vitaminiques. L’organisation indique également qu’un verre de lait peut fournir 50 % des besoins quotidiens d’un adulte en vitamine B12 20. Dans une étude québécoise réalisée chez des porcs, les chercheurs scientifiques de l’organisation ont démontré que l’absorption de la vitamine B12 naturellement présente dans le lait de vache était deux fois supérieure à celle de la vitamine B12 synthétique. Dans cette étude, le porc a été utilisé comme modèle puisque son système digestif présente de grandes similitudes avec celui de l’humain sur le plan de l’anatomie, de la physiologie, de l’absorption et du métabolisme21.

Conclusion

Plusieurs études ont démontré que les apports en vitamine B12 ainsi que sa concentration sanguine seraient fortement proportionnels à la consommation de produits laitiers, principalement de lait. De plus, la forme de vitamine B12 contenue dans le lait serait hautement biodisponible. Le lait est une excellente source de vitamine B12 et serait un des aliments à privilégier pour prévenir une déficience en vitamine B12.

Références

  1. Watanabe F. Vitamin B12 sources and bioavailability. Exp Biol Med 2007;232:1266-1274.
  2. Smith AD et Refsum H. Vitamin B-12 and cognition in the elderly. Am J Clin Nutr 2009;89:707S-711S.
  3. Thompson MD et coll. Vitamin B-12 and neural tube defects: the Canadian experience. Am J Clin Nutr 2009;89:697S-701S.
  4. Appel LJ et coll. Effect of dietary patterns on serum homocysteine: results of a randomized, controlled feeding study. Circulation 2000;102:852-857.
  5. Antony AC. Vegetarianism and vitamin B-12 (cobalamin) deficiency. Am J Clin Nutr 2003;78:3-6.
  6. Stabler SP et Allen RH. Vitamin B12 deficiency as a worldwide problem. Annu Rev Nutr 2004;24:299-326.
  7. Institute of Medicine. Dietary reference intakes for thiamine, riboflavin, niacin, vitamin b6, folate, vitamin B12, pantothenic acid, biotin and choline. Chapter 9: Vitamin B12. Washington, DC: National Academies Press. 2000.
  8. Bor MV et coll. Daily intake of 4 to 7µg dietary vitamin B-12 is associated with steady concentrations of vitamin B-12-related biomarkers in a healthy young population. Am J Clin Nutr 2010;91:571-577.
  9. House JD et coll. Folate and vitamin B12 status of women in Newfounland at their first prenatal visit. CMAJ 2000;162:1557-1559.
  10. Park S et Johnson MA. What is an adequate dose of oral vitamin B12 in older people with poor vitamin B12 status. Nutr Rev 2006;64:373-378.
  11. Allen LH. How common is vitamin B-12 deficiency. Am J Clin Nutr 2009;89:693S-696S.
  12. Davey GK et coll. EPIC-Oxford: lifestyle characteristics and nutrient intakes in a cohort of 33 883 meat-eaters and 31 546 non meat-eaters in the UK. Public Health Nutr 2003;6:259-269.
  13. Vogiatzoglou A et coll. Dietary sources of vitamin B-12 and their association with plasma vitamin B-12 concentrations in the general population: the Hordaland Homocysteine Study. Am J Clin Nutr 2009;89:1078-1087.
  14. Garriguet D. 2004. Nutrition : Résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Vue d'ensemble des habitudes alimentaires des Canadiens. www.statcan.gc.ca. Consulté le 28 janvier 2015.
  15. Barr SI et coll. Effects of increased consumption of fluid milk on energy and nutrient intake, body weight, and cardiovascular risk factors in healthy older adults. J Am Diet Assoc 2000;100:810-817.
  16. Siekmann JH et coll. Kenyan school children have multiple micronutrient deficiencies, but the increased plasma vitamin B-12 is the only detectable micronutrient response to meat or milk supplementation. J Nutr 2003;133:3972S-3980S.
  17. Villamor E et coll. Vitamin B-12 status is associated with socioeconomic level and adherence to an animal food dietary pattern in Colombian school children. J Nutr 2008;138:1391-1398.
  18. Tucker KL et coll. Plasma vitamin B-12 concentrations relate to intake source in the Framingham Offspring Study. Am J Clin Nutr 2000;71:514-522.
  19. Russell RM et coll. Older men and women efficiency absorb vitamin B-12 from milk and fortified bread. J Nutr 2001;131:291-293.
  20. Agriculture et Agroalimentaire Canada. 2014. La vitamine B12 dans le lait de vache s’assimile mieux, c’est prouvé. www.agr.gc.ca. Consulté le 24 décembre 2014.
  21. Matte JJ et coll. Bioavailability of vitamin B12 in cows’ milk. Br J Nutr 2012;107:61-66.

Mots-clés : vitamine B12 , cobalamine , produits laitiers , viande , végétariens , anémie , lait


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous