Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Le calcium »

Calcium et vitamine D : meilleur profil lipidique

Angelo Tremblay, Ph. D.

professeur, kinésiologie, Département de médecine sociale et préventive, Université Laval, Québec

Ce que nous savons

Lors d’une 1re étude, nous avons observé une adiposité corporelle plus importante chez les femmes dont l’apport en calcium était faible comparativement aux autres participantes dont l’apport en calcium était supérieur1.

De plus, un faible apport en calcium prédisait des concentrations plasmatiques plus élevées de cholestérol total et de cholestérol LDL. Lors d’une étude subséquente, une augmentation de la consommation de lait écrémé et partiellement écrémé a été associée à une diminution du gras corporel au cours d’une période de suivi de 6 ans, tandis qu’une tendance opposée a été observée chez les sujets ayant réduit leur consommation de lait au fil du temps2.

Nouvelle étude

En continuité avec nos recherches précédentes, lors de notre étude à double insu menée en 20073, nous avons réparti au hasard des femmes en bonne santé, obèses ou présentant un excès de poids et ayant un faible apport en calcium au départ (< 800 mg/jour), en 2 groupes.

Le 1er groupe recevait 2 fois par jour un supplément contenant 600 mg de calcium élémentaire et 200 UI de vitamine D (n = 30), tandis que le second recevait un placebo (n = 33). Les 63 femmes ont également toutes été soumises pendant 15 semaines à une diète quotidienne favorisant une diminution de l’apport énergétique de 700 kcal.

Notre objectif consistait à déterminer les effets du calcium et de la vitamine D sur la tension artérielle et les concentrations plasmatiques de lipides, de lipoprotéines, de glucose et d’insuline chez des sujets dont l’apport en calcium était faible, indépendamment des effets sur le poids corporel et la masse adipeuse.

Résultats

À la 15e semaine, des diminutions significatives du poids corporel, de l’indice de masse corporelle, du tour de taille et de la masse adipeuse ont été observées chez toutes les femmes recevant le supplément de calcium et de vitamine D ainsi que chez celles recevant le placebo.

Toutefois, des différences significatives ont été observées en faveur du groupe expérimental concernant les effets d’interaction entre la perte de poids et la supplémentation en calcium pour les ratios cholestérol total:HDL et cholestérol LDL:HDL (p < 0,01), qui se sont produits indépendamment des variations de la masse adipeuse abdominale et du tour de taille. De plus, comme le montre le tableau 1, l’effet réducteur du programme sur le cholestérol LDL plasmatique était également significativement plus élevé dans le groupe recevant un supplément de calcium et de vitamine D.

Cette étude est la première à démontrer qu’une supplémentation de calcium et de vitamine D a un effet bénéfique sur les lipides et les lipoprotéines sanguines chez des femmes obèses ou présentant un excès de poids en réponse à une diète réduite en énergie. Les variations dans la réponse du poids et du gras corporels au programme suscitaient un intérêt particulier, notamment à partir du moment où les participantes étaient subdivisées en sous-groupes selon leur apport en calcium initial (< 600 mg/jour et > 600 mg/jour). En effet, les sujets dont l’apport en calcium se situait en deçà de 600 mg/jour recevant un placebo n’ont pu obtenir une perte pondérale significative malgré leur bonne observance de la diète comparativement à ceux recevant un supplément (voir tableau 2)4. D’un autre côté, la perte de poids était 4 fois plus élevée (p < 0,05) chez les sujets dont l’apport en calcium était faible et recevant la supplémentation. Cette différence a été en majeure partie expliquée par une différence significative de l’apport spontané en gras entre les groupes.

Table 1

Changements moyens du profil en lipides et en lipoprotéines plasmatiques chez 2 groupes de femmes obèses soumises à une diète réduite en énergie3
Groupe calcium + vitamine D (mmol/l) Groupe placebo (mmol/l)
Cholestérol total/HDL – 0,38 0,08**
Cholestérol LDL – 0,41 – 0,18*
Cholestérol LDL/HDL – 0,32 0,008*

Interaction significative entre perte de poids et supplémentation en calcium reflétant une différence significative entre les changements dans les 2 groupes, *p < 0,05; **p < 0,01

Table 2

Apport en calcium < 600 mg/jour Supplémentation de calcium et de vitamine D Placebo
Perte de poids 5,8 kg 1,4 kg

Conclusion

Les femmes ayant un apport insuffisant en calcium et suivant une diète réduite en énergie pourraient améliorer leur profil lipidique et leur capacité de perdre du poids grâce à une supplémentation de calcium.

Références

  1. Jacqmain M et coll. Calcium intake, body composition, and lipoprotein-lipid concentrations in adults. Am J Clin Nutr 2003;77:1448-1452.
  2. Drapeau V et coll. Modifications in food group consumption are related to long-term body weight changes. Am J Clin Nutr 2004;80:29-37.
  3. Major GC et coll. Supplementation with calcium + vitamin D enhances the beneficial effect of weight loss on plasma lipid and lipoprotein concentrations. Am J Clin Nutr 2007;85:54-59.
  4. Major GC. Calcium + vitamin D supplementation and weight loss in women who are low calcium consumers: is there a role for a calcium-specific appetite control? Obesity 2006;14:A93.

Mots-clés : calcium , vitamine D


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous