Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Les matières grasses »

Les gras saturés et les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires

Sommaire

Plusieurs études, comprenant des essais cliniques randomisés, ont analysé le rôle des gras saturés dans les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, particulièrement dans les marqueurs des lipides sanguins. Les données suggèrent que les gras saturés pourraient ne pas avoir d'impact négatif sur les facteurs de risque cardiovasculaire.

Faits saillants

  • Les données suggèrent que l'apport en gras saturés n'a pas d'effet néfaste sur les lipides sanguins;
  • L'impact des gras saturés sur d'autres facteurs de risque cardiovasculaire tels que l'inflammation et l'intolérance au glucose doit être confirmé.

Les données scientifiques

Une méta-analyse d'études randomisées à long terme a comparé l'effet de diètes à teneur réduite en matières grasses à celui de diètes riches en matières grasses sur les taux de lipides sanguins de patients obèses ou présentant un excès de poids. Dans les diètes riches en matières grasses, plus de 30 % de l'énergie totale provenait du gras et, de façon générale, les gras saturés représentaient de 12 à 15 % de l'énergie totale. On a observé les résultats suivants1 :

  • Les taux de cholestérol total et de cholestérol LDL étaient plus faibles avec les diètes à teneur réduite en matières grasses;
  • Des taux plus élevés de cholestérol HDL ont été observés avec les diètes riches en matières grasses;
  • Les diètes à teneur réduite en matières grasses augmentaient davantage le ratio cholestérol total/cholestérol HDL que les diètes riches en matières grasses;
  • Les taux de triglycérides étaient plus faibles avec les diètes riches en matières grasses.

Dans une étude randomisée, l'apport en gras saturés ne semblait pas avoir d'impact sur les taux de lipides ou de lipoprotéines chez des adultes obèses ou présentant un excès de poids. L'étude regroupait 158 participants répartis au hasard afin de suivre l'une des 4 diètes suivantes2 :

  • un apport élevé en protéines (30 % de l'énergie totale) et élevé en gras saturés (15 % de l'énergie totale);
  • un apport élevé en protéines (30 % de l'énergie totale) et faible en gras saturés (7 % de l’énergie totale);
  • un apport modéré en protéines (20 % de l’énergie totale) et élevé en gras saturés (15 % de l'énergie totale);
  • un apport modéré en protéines (20 % de l’énergie totale) et faible en gras saturés (7 % de l'énergie totale).

Les auteurs ont observé les résultats suivants :

  • Après 4 semaines, aucune différence substantielle n'a été observée entre les 4 groupes en ce qui a trait aux taux de cholestérol total, de cholestérol LDL, de cholestérol HDL, de triglycérides et de lipoprotéines;
  • Aucune différence sur le plan de la sensibilité à l'insuline et du métabolisme du glucose n'a été observée entre les diètes riches et les diètes pauvres en gras saturés dont l'apport en protéines était semblable;
  • Dans le contexte des diètes à teneur réduite en gras saturés, on a constaté une augmentation des taux de glucose lorsque l'apport en protéines était élevé plutôt que faible. Cependant, cette différence n'a pas été observée dans le contexte des diètes riches en gras saturés.

Dans un autre essai croisé randomisé, l'effet des gras saturés sur la composition lipidique du plasma a été évalué dans le contexte de la restriction glucidique. Deux diètes isocaloriques avec restriction glucidique (12 % de l'énergie totale issue des glucides) ont été comparées. L'une d'entre elles était plus riche en gras saturés (31 % de l'énergie totale) et l'autre, en gras insaturés. Les participants étaient 8 hommes âgés de 35 à 58 ans ayant suivi chaque diète pendant 6 semaines3.

  • Pour les deux diètes, il n'y avait pas de changement significatif quant aux ratios cholestérol total/cholestérol HDL ou cholestérol LDL/cholestérol HDL;
  • Les deux diètes ont entraîné une diminution substantielle des taux de triglycérides et du ratio triglycérides/cholestérol HDL;
  • La glycémie, les taux d'insuline et l'insulinorésistance n’étaient pas significativement différents entre les deux diètes, ainsi que par rapport au début de l’étude;
  • Aucune différence significative n'a été observée d'une diète à l'autre quant aux divers marqueurs inflammatoires sériques.

Par ailleurs, une revue systématique a été réalisée par Santos et coll. afin d'examiner le rôle des gras saturés dans l'inflammation. Quinze études d'observation, principalement transversales, ont été incluses dans la revue. Certaines études suggéraient l'existence d'une association positive entre les gras saturés et la protéine C-réactive, un marqueur d’inflammation, alors que d'autres ne révélaient aucune association. Les conclusions ne soutenaient pas l'existence d'une association avec les adipokines, des protéines liées à l'inflammation4.

Finalement, il semble que les gras saturés n'ont pas tous le même effet sur les lipides sanguins et les facteurs de risque cardiovasculaire. À cet égard, les types d'acides gras saturés et la source de gras saturés pourraient également jouer un rôle important.

Conclusion

Les gras saturés en tant que tels ne semblent pas avoir d'effets indésirables sur les taux de lipides sanguins. D'autres études d'intervention randomisées, dont des études mécanistes, sont requises pour des conclusions plus définitives.

Par ailleurs, des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d’explorer et mieux comprendre l'impact des gras saturés sur l'insulinorésistance et d'autres facteurs de risque cardiovasculaire non traditionnels tels que l'inflammation.

Mots-clés : gras saturés , facteurs de risque cardiovasculaire , inflammation


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous