Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Les protéines »

Besoins en protéines : le temps est venu de revoir les recommandations canadiennes

Les recommandations actuelles quant à l’apport en protéines sont de 0,8 g/kg/jour pour les adultes et de 0,95 g/kg/jour pour les enfants. Toutefois, des études récentes élaborées à l’aide de la méthode de l’indicateur de l’oxydation des acides aminés démontrent clairement que l’Apport nutritionnel recommandé (ANR) devrait être considérablement plus élevé.

Ronald O. Ball Ronald O. Ball, Ph. D.

Professeur émérite, Département des sciences de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition, Université de l’Alberta

Faits saillants:

  • Les recommandations actuelles quant aux apports en protéines pourraient ne pas répondre aux besoins des Canadiens.
  • Les besoins en protéines semblent être plus élevés : 33 % chez les adultes et 63 % chez les enfants.
  • Les bonnes sources de protéines de haute qualité comprennent : les produits laitiers, les oeufs, la viande, le poisson et la volaille.

La méthode du bilan azoté

La méthode du bilan azoté (bilan azoté = apport en azote – excrétion d’azote) dont on se sert actuellement pour déterminer les besoins en protéines est inexacte pour plusieurs raisons. Elle tend à surestimer les apports en azote et à en sous-estimer l’excrétion. C’est pourquoi elle donne généralement lieu à une sous-évaluation du bilan azoté et, par le fait même, des besoins en protéines.

Notre groupe a mené deux études pour déterminer les besoins en protéines de jeunes hommes (de 26,8 ans ± 2,0; n = 8)1, et de garçons et de filles en santé (de 6 à 11 ans; n = 7)2, au moyen de la méthode de l’indicateur de l’oxydation des acides aminés conçue par Ball et Bayley. Cette technique présente trois avantages qui la distinguent de la méthode du bilan azoté1 :

  • Elle n’effectue pas de bilan azoté, qui est techniquement exigeant. Plutôt, elle réagit rapidement aux variations in vivo du taux de synthèse des protéines;
  • Elle permet l’étude de tout un éventail d’apports protéiques chez un même sujet, réduisant ainsi la variabilité entre les individus;
  • Elle est non invasive et peut servir à déterminer les besoins précis en protéines, peu importe l’âge ou l’état de santé du sujet.

Les deux études démontrent que les recommandations actuelles en protéines sont trop basses et requièrent une réévaluation.

  • Les participants adultes ont reçu aléatoirement sept concentrations différentes de protéines (de 0,10 à 1,8 g/kg/j) sous forme de solution cristalline d’acides aminés. Les auteurs ont observé que les besoins en protéines jugés sécuritaires pour la population ont été évalués à 1,2 g/kg/j, soit 33 % plus élevés que les recommandations actuelles1.
  • De même, les enfants ont reçu aléatoirement un minimum de sept concentrations de protéines (de 0,1 à 2,56 g/kg/j) sous forme de solution d’acides aminés. On a déterminé que les besoins en protéines jugés sécuritaires pour la population s’élevaient à 1,55 g/kg/j, soit 63 % plus élevés que les recommandations actuelles2.

Mots-clés : protéines


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous