Fermer Envoyer
à un ami

Votre lien et votre message ont été envoyés !

Fermer Envoyer
à un ami
* champ obligatoire
Oups! Vous avez oublié de remplir certains champs obligatoires.
Chargement...

 Retour à « Symposium 2010 »

Les gras saturés et les maladies cardiovasculaires : l’état des connaissances en 2010

Arne Vernon  Astrup Arne Vernon Astrup, M.D., D.Sc.

Université de Copenhague

Les recommandations alimentaires actuelles préconisent la diminution de l’apport en acides gras saturés (AGS) afin de réduire le risque de maladies cardiovasculaires (MCV). Toutefois, les résultats d’études récentes remettent en question le rôle des AGS dans les MCV. Les données tirées d’études épidémiologiques d’observation, d’essais randomisés et d’études mécanistes confirment que si l’on remplace les AGS par des acides gras polyinsaturés, le risque de MCV ne diminue que très légèrement. Les résultats d’études d’observation ou d’essais d’intervention ne fournissent pas de données suffisantes pour évaluer les effets de la substitution des acides gras monoinsaturés aux AGS sur le risque de MCV. Alors que l’obésité s’est accrue dans les populations, l’effet du remplacement des AGS par des glucides n’est plus le même et il n’existe présentement aucune donnée appuyant un quelconque avantage de la substitution des glucides aux AGS. En fait, des données révèlent que la substitution des glucides aux AGS pourrait plutôt accroître le risque de MCV. Il n’existe aucune association évidente entre l’apport d’AGS et le risque d’insulinorésistance, d’obésité, de syndrome métabolique et de diabète.

Les effets de certains aliments sur le risque de MCV ne peuvent être prédits uniquement d’après leur contenu en AGS totaux, puisque chacun de ces AGS peut avoir un effet différent sur le risque de MCV et que d’autres éléments nutritifs peuvent l’influencer. À titre d’exemple, on peut citer le chocolat noir et le fromage. Dans les études d’observation, la consommation de fromage n’augmente généralement pas le risque de maladies coronariennes; et une méta-analyse a révélé une diminution du risque de maladies coronariennes, d’accident vasculaire cérébral et de diabète chez les grands consommateurs de produits laitiers, comparativement à de faibles consommateurs. On peut expliquer le rôle particulier du fromage par les effets bénéfiques qu’il produit sur les lipides sanguins (le cholestérol LDL et HDL et les triglycérides postprandiaux) et sur la tension artérielle. Les acides gras, le calcium, les protéines et certains peptides exercent ces effets de concert.

Cette nouvelle vision des AGS souligne le fait qu’il est possible d’accroître les bienfaits pour la santé en redirigeant plutôt l’attention vers la diminution de la prévalence de l’obésité, de l’inactivité et du tabagisme. L’élimination des gras trans industriels, la réduction de la consommation de boissons gazeuses riches en sucre et l’augmentation de l’apport de grains entiers, de fruits et de légumes, de viandes maigres et de produits laitiers doivent aussi être mises de l’avant.

Des études supplémentaires sont nécessaires afin de clarifier le rôle des différents aliments riches en AGS dans le risque de MCV, plus particulièrement en le comparant au risque que représentent les glucides.

Autres résumés des présentations


  • Matériel éducatif Matériel éducatif Matériel éducatif
    Matériel éducatif

    Vous avez besoin de ressources éducatives dans le cadre de votre travail? Téléchargez des copies en ligne ou commandez des versions imprimées gratuitement.

    Faire une demande
  • /infolettre
    NutriNouvellesMD

    Chaque mois, des articles intéressants sont publiés dans notre infolettre NutriNouvelles. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour demeurer au courant des recherches et données scientifiques les plus récentes.

    Abonnez-vous